Parrainer une jeune fille c’est lui donner plus de chances de choisir son avenir.

Souvent écartées des études secondaires au profit de leurs frères, nombre de jeunes filles sont privées de la chance de choisir et d’avoir métier. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’elles vivent en brousse, sont filles de petits agriculteurs ou orphelines.
C’est pourquoi, depuis plus de 30 ans, Œuvres du Sahel – Horizon Burkina s’investit pour l’éducation et la formation des jeunes filles au Burkina Faso principalement par le biais du parrainage.

Temnaoré

Un nouveau projet de parrainage a vu le jour début 2019. Situé à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou, Temnaoré est un petit village dans lequel les sœurs de la congrégation de Torfou tiennent un dispensaire. Rencontrées lors de notre voyage en 2017, elles nous ont sollicité pour soutenir des jeunes filles en grande précarité. Orphelines ou abandonnées par leurs parents, grâce à la mise en place du parrainage, 19 jeunes filles ont pu être scolarisées du CP à la 1ère. Elles sont hébergées dans des familles d’accueil à plusieurs endroits du Burkina : Temnaoré, Ouagadougou, Koudougou et Ouahigouya.

Le coût du parrainage s’élève à 100€ pour les écolières et à 150€ pour les collégiennes et lycéennes. Il comprend l’adhésion à l’association et couvre pour un an les frais de scolarité, l’achat de l’uniforme et le repas du midi pour une filleule.
Chaque parrain et marraine reçoit régulièrement des nouvelles de sa filleule. Les sœurs nous transmettent également les certificats de scolarité ainsi que les factures pour les frais engagés.

Parrainer une jeune fille avec l’association Œuvres du Sahel – Horizon Burkina c’est avoir la certitude que chaque euro donné est utilisé en toute transparence pour l’éducation des jeunes filles au Burkina.

Le foyer-internat de Méguet

Ouvert en 1997 en coordination avec Pierre Tapsoba , il a permis à plus d’une centaine de jeunes issus de familles très modestes et éloignées du village de bénéficier d’une éducation, d’aller au collège, au lycée, leur donnant une chance de se forger un avenir. Le foyer de Méguet a ainsi compté jusqu’à 27 filleules par an.
Pierre Tapsoba ayant annoncé son souhait de prendre sa retraite, le foyer a accueilli sa dernière promotion de jeunes filles en 2017.
Entrées en classe de seconde, elles étaient en septembre 2019 au nombre de 9 hébergées au foyer (4 en Terminale et 5 en Première). La fermeture du foyer devrait être effective fin 2021. L’association continuera à soutenir les jeunes filles du foyer jusqu’à la fin de leurs études.

Les filleules hors foyer

La plupart des marraines et parrains souhaitent poursuivre leur soutien après le départ de leurs filleules du foyer. C’est ainsi qu’en 2019-2020, 6 jeunes filles continuent à être parrainées en dehors du foyer de Méguet, poursuivant des études supérieures en économie, anthropologie, école d’infirmière et école vétérinaire, pour la plupart à Ouagadougou.

Kokologho

C’est lors d’un voyage de plusieurs membres de l’association en octobre 2017 que nous avons pu visiter le centre de formation et de production agro-mécanique Wend Panga et rencontrer son fondateur et gérant Bila Sawadogo. Ce centre permet à des jeunes en décrochage scolaire, venus de tout de Burkina, de bénéficier d’une formation en agro-mécanique avec notamment l’apprentissage de la soudure et de la forge. Accueillant quelques jeunes filles dans chaque promotion, le centre a signé un partenariat avec Œuvres du Sahel – Horizon Burkina. L’association parraine ces jeunes en les soutenant financièrement pendant leur stage chez l’artisan. Un accompagnement dans la suite de leur projet professionnel est envisagé.