Une relation fondée sur des liens d’amitié nord-sud
Notre association est née de la rencontre entre de jeunes burkinabés venus étudier à Amiens, Mathieu Ouedraogo, Adama Sanon… et des picards humanistes et solidaires.Equipe Danielle Danten 1988 peut être
1973, grande famine au Sahel : Danielle Danten, Louisette Deberly, enseignantes au collège Sagebien d’Amiens ne peuvent rester indifférentes et y consacrent leurs cours d’histoire géographie. Mais comment mieux faire saisir aux jeunes picards toute la détresse des populations qu’en invitant un autochtone ? Mathieu et ses camarades interviennent dans les classes. Il en résulte une première aide alimentaire d’urgence envoyée au Burkina Faso.
Des années plus tard, en 1984, alors qu’il est retourné au pays et est devenu maître-assistant à l’Université de Ouagadougou, Mathieu témoignera à nouveau et lancera un vibrant appel sur France 3 Picardie pour sauver son village de Mankoula.Agriculture MAthieu Mankoula forage école 1995S’en suivra la création de l’école qui sera jumelée avec une école picarde durant 10 ans, puis au fil des années, en fonction des besoins exprimés, un soutien multiforme par l’association au développement du village , notamment : forage, construction du dispensaire de Siglé, électrification de l’école de Mankoula en énergie solaire, distribution de moustiquaires anti-paludisme et aide au reboisement à Siglé et aussi à Mankoula à l’école de Palagré ; encore à Mankoula, agrandissement de l’école de Nabitenga, implantation d’une plate-forme multifonctionnelle avec moulin à mil et sur 2011-2014, réalisation du très ambitieux projet de bouli (grande retenue d’eau).
Mathieu nous quittera hélas au terme d’une longue maladie en mars 2020.mathieu ouedraogo

En parallèle, en 1997, rencontre de notre présidente Danielle Danten avec Pierre Tapsoba, alors correspondant du Secours populaire français au Burkina Faso. Pierre Tapsoba (« l’archer » en mooré, par extension le chef de guerre, l’organisateur) a fait des études d’ingénieur à Clermont Ferrand dans les années 60 ; il est ainsi devenu le premier ingénieur en géologie du Burkina Faso. Il a exercé de nombreuses responsabilités, a été successivement Ministre de l’Equipement, des Transports et Communications, Ministre chargé des Affaires présidentielles, puis Ministre de la Santé, avant d’accomplir un mandat de député.
Fidèle à son village de Kabouda situé à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale, il s’est employé, sur ses deniers propres d’abord, avec l’aide de notre association ensuite, à mener de nombreux projets de développement dans la région dont le foyer/internat SOMDATA de Méguet.
Fort de ses talents d’organisateur il est logiquement devenu représentant de notre association au Burkina Faso et a tenu bon la barre pendant près de 20 années. Il obtiendra la reconnaissance officielle de notre association par le gouvernement burkinabé en novembre 2013. Il continue d’accompagner le foyer de Méguet et nos filleules qui poursuivent des études supérieures à Ouagadougou.

Au fil des années, notre association a évolué et s’est renouvelée : certains membres sont partis, d’autres sont arrivés, notamment des jeunes retraités mais aussi des jeunes tout court, quelle chance !
Danielle Danten, présidente d’honneur a été nommée chevalier de l’ordre national du mérite pour « 53 ans de services civils et d’activités associatives ». Claude Chabaud lui a succédé comme président en 2004 et, après des mandats bien remplis, a cédé la place à Philippe Verdurme en 2015.
Les méthodes ont pu s’infléchir, les outils changer, mais la fidélité aux idéaux de solidarité perdure.